Séminaire « Enseigner l’histoire de la Shoah et des génocides : méthodes et problématiques »

Du 15 au 18 septembre 2014, l’UNESCO, en partenariat avec le mémorial de la Shoah, accueillera les représentants de ministères de l’Éducation de neuf pays d’Afrique Subsaharienne dans le cadre d’un séminaire intitulé : « Enseigner l’histoire de la Shoah et des génocides : méthodes et problématiques ». Cette formation bénéficie du soutien de la Représentation permanente de la France auprès de l’UNESCO, de la Fondation Robert Bosch et de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

La prévention des génocides par l’éducation, l’un des engagements de l’UNESCO

L’enseignement de l’histoire de l’Holocauste est l’une des composantes de l’action de l’UNESCO dans le domaine de l’éducation. En effet, la transmission de cette histoire est fondamentale pour « ancrer le respect des droits de l’homme, des libertés fondamentales et des valeurs de tolérance et de respect mutuel ».

L’UNESCO encourage les États membres à élaborer des programmes éducatifs visant à perpétuer la mémoire de l’Holocauste, notamment auprès des générations futures pour empêcher que le génocide ne se reproduise.

C’est dans ce cadre qu’une consultation sur l’enseignement de l’histoire des génocides avait été menée par l’UNESCO en septembre 2012 au Cap, en Afrique du Sud. Cette consultation avait réuni 14 représentants de ministères de l’Éducation de la région Afrique et avait vocation à préparer les experts chargés des programmes et de la formation des enseignants à l’introduction de cette thématique dans leur enseignement national.

Le séminaire « Enseigner l’histoire de la Shoah et des génocides : méthodes et problématiques »

Ainsi, une nouvelle formation ayant pour thème « Enseigner l’histoire de la Shoah et des génocides : méthodes et problématiques » sera organisée par l’UNESCO, en partenariat avec le mémorial de la Shoah, du 15 au 18 septembre 2014. Des représentants des ministères de l’Éducation du Bénin, du Burundi, du Cameroun, de la République Centrafricaine, de la République Démocratique du Congo, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, du Rwanda et du Togo, ainsi que des experts français et européens et des représentants de l’UNESCO y participeront.

Divers ateliers, portant notamment sur le développement de programmes et de contenus adaptés aux réalités nationales, la formation du corps enseignants, ainsi que les méthodes d’enseignement en classe, seront organisés à cette occasion.

Les participants à cette formation se rendront ensuite au Musée Mémorial de Drancy.

publié le 22/04/2016

haut de la page