Réception des Français : le discours de voeux 2016 de M. Philippe Lalliot, Ambassadeur de la France auprès de l’UNESCO - 17 décembre 2015

Mesdames et Messieurs,
Cher amis,

Je voudrais commencer par vous remercier d’être venus si nombreux. Cette réception des Français de l’UNESCO, désormais une tradition que j’espère bien établie, rencontre un succès qui ne se dément pas. J’en suis très heureux. J’y vois l’un des nombreux signes de l’attachement que la France porte à l’UNESCO qu’elle est fière d’accueillir à Paris.

Les mois de décembre sont propices aux bilans. D’un mot pour ne pas vous asséner une litanie exhaustive : je me réjouis de voir l’UNESCO bien plus fringante que lorsque j’y ai pris mes fonctions il y a un peu plus de deux ans. Je ne suis pas en train de vous dire que j’y suis pour quelque chose, encore que j’ai la prétention de croire et de dire que la France n’y est pas pour rien.

Je constate, et je me réjouis de constater simplement que, tout au long des derniers mois, l’UNESCO a été présente sur des sujets de la plus grande actualité et de la plus haute priorité. Elle ne pouvait mieux marquer son 70ème anniversaire qu’en affirmant ainsi, avec détermination, la modernité de son mandat et la pertinence de son action.

La Conférence générale l’a bien montré, qu’il s’agisse de l’éducation avec l’adoption du Cadre d’Action 2030, de la protection des sites en zone de guerre et de la lutte contre le trafic de biens culturels ou bien encore de la lutte contre le changement climatique, apportant ainsi sa contribution, et non des moindres, au succès de la COP21, pour ne prendre que ces quelques exemples.

C’est bien ainsi que la France, Etat fondateur et Etat hôte, conçoit l’UNESCO, exerçant la plénitude de ses missions et, comme je ne cesserai de le répéter, confortant sa place, au sein des Nations Unies, d’organisation politique, et non pas technique, traitant de sujets stratégiques, et non périphériques.

Cette vision ambitieuse, je sais et je me félicite que nous la partagions avec la Directrice générale, que je veux remercier à nouveau pour son engagement de tous les instants et son action sur tous les fronts, ainsi que chacune et chacun d’entre vous qui servez cette belle Organisation.

L’intervention du Président de la République en clôture du récent Forum des Dirigeants ainsi que la présence pendant la Conférence générale de cinq ministres français sont un témoignage éclatant de la densité renouvelée de la relation entre la France et l’UNESCO. Elles viennent couronner une année qui aura vu, sur les thèmes les plus variés, 35 visites ministérielles, un déplacement du Premier Ministre et deux interventions du Chef de l’Etat.

Chers amis,

Nous nous étions retrouvés en janvier dernier après l’attaque contre Charlie Hebdo. Nous nous retrouvons aujourd’hui après les attentats du 13 novembre. Après l’émotion, la tristesse et la colère, à Paris et dans trop d’autres villes du monde, nous mesurons toutes et tous l’ampleur des défis et la nécessité urgente de les relever.

Les nombreux messages de solidarité qui nous sont parvenus nous encouragent à poursuivre, avec constance, la défense des valeurs fondatrices et humanistes de l’UNESCO qui nous rassemblent et nous unissent. Car c’est bien là en effet notre bien commun et, en définitive, notre plus précieux héritage.

Plus que jamais, nous devons nous mobiliser au service de la culture, de l’éducation, de la liberté et de la paix. Plus que jamais, nous devons combattre la peur, la haine et le fanatisme pour nous tourner résolument du côté de la raison et de la pensée libre, du respect et de la tolérance, de la justice et de l’égale dignité de tous, du partage et du dialogue.

Face à la barbarie, chacun de nous est rappelé à sa responsabilité et, comme le déclarait récemment Laurent Fabius, la mission de l’UNESCO apparaît aujourd’hui d’autant plus essentielle que sa raison d’être et son action reposent précisément et très concrètement sur ces principes essentiels.

Qu’il s’agisse de la promotion de la diversité culturelle, de la lutte contre l’extrémisme violent et la radicalisation, de la défense de la liberté d’expression et de la presse, du rôle de l’éducation et de la culture dans les politiques de développement, de la lutte contre la pauvreté et les inégalités, de la promotion des sciences et des questions environnementales, l’UNESCO a vocation à jouer un rôle central pour préparer notre avenir commun.

Ce sont des sujets, inséparables les uns des autres, prioritaires, qui nous concernent tous. Il nous faut y apporter des réponses collectives, concrètes et urgentes dont les effets s’inscriront dans le long terme. N’y voyez nulle naïveté de ma part mais bien l’intime conviction qu’il faut traiter les problèmes auxquels nous sommes confrontés à leurs racines, et leurs causes les plus profondes.

Mesdames et Messieurs,

Aujourd’hui plus que jamais, l’UNESCO doit être, selon le beau mot de Léon Blum, la « conscience des Nations Unies ». C’est le sens même de sa mission depuis sa création il y a 70 ans.

C’est dans cet esprit que nous allons, dans les mois qui viennent, mettre œuvre les propositions présentées par le Président de la République devant la Conférence générale en faveur de la promotion de la diversité des cultures, de la protection des sites en zones de conflit et de la lutte contre le trafic illicite de biens culturels, ainsi que les propositions faites par le Gouvernement français, sur le nouveau Cadre d’action pour l’Education à l’horizon 2030, le suivi de la COP 21, plus largement la gouvernance, le mandat et le financement de l’UNESCO.

Ce sont là des domaines sur lesquels nous allons continuer à travailler en étroite coordination avec, du côté français, la Commission nationale et les différentes administrations concernées, que je salue aujourd’hui, ainsi qu’avec les États membres, la Directrice générale et vous tous.

Vous l’aurez compris un programme chargé nous attend dès le début 2016 et la France entend bien continuer à tenir toute sa place au sein de l’UNESCO.

Cher amis,

A chacune et à chacun d’entre vous, et pour ceux qui vous sont chers, je souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année et j’adresse mes vœux de bonheur, de santé et de réussite pour 2016, avec une pensée toute particulière, et amicale, pour celles et ceux qui travaillent avec moi à la Délégation.

Je vous remercie.

publié le 07/01/2016

haut de la page