Le programme l’Homme et la Biosphère (MAB) et les Réserves de biosphère

Le programme MAB (Man and Biosphere – L’Homme et la Biosphère)

Lancé en 1971 le programme MAB (Man and Biosphere – L’Homme et la Biosphère) de l’UNESCO est un programme intergouvernemental qui vise à apporter les bases scientifiques permettant d’élaborer des réponses appropriées aux problèmes de développement durable des populations et de gestion des ressources naturelles. Le programme MAB a anticipé les enjeux majeurs de gestion durable des ressources, des changements globaux y compris le changement climatique et de l’érosion de la biodiversité.

Le programme MAB a également pour objectif de proposer un agenda de recherche interdisciplinaire, encourager le renforcement des capacités, réduire la perte de biodiversité et en traiter les aspects écologiques, sociaux et économiques. Ce programme couvre un large spectre d’écosystèmes : terrestres, aquatiques, des régions polaires aux régions tropicales.

Les rôles principaux des réserves de biosphère sont :

  • accomplir trois fonctions interconnectées : la conservation, le développement et l’apprentissage ;
  • dépasser les zones de conservation traditionnelles restreintes, par le biais de zonage qui combine des aires protégées centrales avec des zones où le développement durable est soutenu par les habitants et les acteurs locaux ;
  • utiliser une approche qui implique toutes les parties prenantes, en mettant l’accent sur la participation des communautés locales à la gestion ;
  • promouvoir la gestion des conflits liés à l’utilisation des ressources par le dialogue et la concertation ;
  • intégrer la diversité biologique et culturelle aux politiques et pratiques, et plus particulièrement le rôle des connaissances traditionnelles dans la gestion des écosystèmes ;
  • assurer un suivi et des recherches des politiques et des pratiques de développement durable pour en démontrer la qualité ;
  • constituer des sites d’excellence pour l’éducation et la formation ;
  • participer au Réseau mondial des réserves de biosphère.

JPEG
Crédits photo : P.Aguilar - SMAEMV - Réserve de biosphère de Camargue (Delta du Rhône)

Fonctionnement du programme MAB

Chaque année, dans le cadre de ce programme, des réserves de biosphère sont inscrites au Réseau mondial des réserves de biosphère. Les États proposent de désigner certains sites pour être inclus dans le Réseau ; les candidatures sont alors étudiées par le Conseil international de coordination (CIC) du programme MAB puis, le Directeur général de l’UNESCO notifie la décision à l’État concerné.

En outre, un examen périodique est prévu tous les dix ans. Il a vocation à réévaluer le fonctionnement, le zonage, la taille et l’implication des populations dans la réserve concernée ainsi qu’à analyser l’évolution des différente fonctions de la réserve, qu’il s’agisse de la conservation, la recherche, l’éducation et le développement durable.

Ainsi, l’organe principal est le Conseil de coordination international du programme l’Homme et la biosphère, composé de 34 États- membres élus à la Conférence générale biennale de l’UNESCO. Cet organe décisionnel définit les grandes orientations du programme. Entre les conférences, l’autorité du Conseil est déléguée à son Bureau qui est constitué de membres de chaque groupe électoral.

Les réserves de biosphère

Ce programme a trouvé une nouvelle impulsion avec la conceptualisation de la notion de « réserve de biosphère ». Les réserves de biosphère sont des espaces de gestion concertée des ressources naturelles qui vont au-delà de l’approche classique de la conservation en favorisant le développement durable via les populations locales et les entreprises.

Depuis plus de 40 ans (le programme a fêté son 40ème anniversaire en 2011), le programme MAB initie et soutient des études sur les interactions entre sociétés humaines et ressources dans différents contextes culturels et socio-économiques. De plus, ces réserves sont actives dans l’éducation à l’environnement.

Le IIIème Congrès mondial de réserves de Biosphère (Madrid - 4 au 9 février 2008), a adopté le plan d’action de Madrid 2008-2013, définissant les actions à mettre en œuvre pour faire face aux défis contemporains.

Aujourd’hui adoptée par plus de cent pays, la notion de réserve de biosphère constitue la référence en la matière, l’intérêt résidant dans la constitution d’un réseau mondial. En 2014, le réseau du programme MAB est composé de 631 réserves de biosphère réparties dans 119 pays, dont 14 sites transfrontaliers. En effet, lors de la 26e session du CIC du programme qui s’est réunie à Jönkoping, dans la réserve de biosphère East Vättern Landscape, en Suède, du 10 au 13 juin 2014, 13 nouveaux sites ont été ajoutés au Réseau mondial des réserves de biosphère.

La France possède actuellement 13 réserves de biosphère. Leur objectif est de freiner les pertes en biodiversité, améliorer l’environnement, encourager les conditions sociales, économiques et culturelles pour le développement durable, contribuer à l’objectif du millenium pour l’environnement.

JPEG
Crédits photo : PNR Luberon - Réserve de biosphère Luberon Lure

L’action du comité français du MAB

Le réseau des réserves de biosphère français qui comprend donc 13 réserves, parmi lesquelles la Forêt de Fontainebleau, les Cévennes ou le Parc National de la Guadeloupe, est constitué de territoires où sont menées des expériences de gestion et de développement durable, en particulier dans le cadre de la Décennie de l’éducation au développement durable de l’UNESCO.

Le comité français du MAB (MAB-CF) est présidé par Mr Didier BABIN et est composé de personnalités scientifiques, de représentants des départements ministériels (affaires étrangères, environnement, éducation nationale et recherche), d’organismes scientifiques et techniques (CNRS, INRA, CIRAD, Muséum National d’Histoire naturelle, Universités, IRD), de réseaux de gestionnaires d’espaces protégés, d’associations, et des réserves de biosphère.

Ce comité est le lieu d’élaboration des positions qui seront celles défendues au CIC. Il doit présenter un rapport annuel au MAB. De plus, le comité MAB France coordonne et anime le réseau des 13 Réserves de biosphère françaises, aide à la mise en place de nouveaux sites et assure la liaison et la coopération avec le réseau mondial.

publié le 17/10/2014

haut de la page