Le processus d’inscription

Seuls les États membres de l’UNESCO ayant ratifié la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2003) et s’étant engagés à en assurer la protection, peuvent soumettre des propositions d’inscription d’éléments sur l’une de ses trois listes : la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité, la Liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente et le Registre des meilleures pratiques de sauvegarde.

PNG

Préparation et soumission d’une candidature :

Selon l’article 12 de la Convention, chaque Etat partie est tenu de dresser, de manière adaptée à sa situation, un ou plusieurs inventaires du patrimoine culturel immatériel présent sur son territoire. L’objectif de cet inventaire est d’identifier ces éléments et d’en assurer la sauvegarde. Pour qu’un élément soit proposé à l’inscription sur une liste, il doit être inscrit auparavant sur l’inventaire national.

Quand un État propose un dossier de candidature (http://bit.ly/1TtTbEi) pour un élément du patrimoine culturel immatériel de son pays, il doit démontrer que celui-ci répond à l’ensemble des critères établis par la Convention. Pour l’élaboration des dossiers, une assistance internationale peut être sollicitée par les Etats parties auprès du Centre du patrimoine mondial afin de bénéficier de formations techniques et/ou d’aides financières.

Une fois les dossiers de candidatures déposés, ils sont soumis au Secrétariat de l’UNESCO, qui examine et vérifie leur complétude.

Évaluation :

L’Organe d’évaluation :

Les dossiers de candidature complets sont ensuite transmis à l’Organe d’évaluation. Ce dernier est composé de 12 membres désignés par le Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, dont « six experts qualifiés dans les différents domaines du patrimoine culturel immatériel et représentant d’États parties non membres du Comité et six ONG accréditées, en tenant compte d’une répartition géographique équitable et des différents domaines du patrimoine culturel immatériel ». L’Organe d’évaluation soumet des recommandations au Comité intergouvernemental qui décide de l’inscription.

Le Comité :

Réuni une fois par an, le Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel étudie les dossiers de candidatures et les recommandations des experts, puis se prononce sur l’inscription sur les Listes.

Découvrez le travail du Comité : http://bit.ly/1mLx3XG

Engagement :

L’inscription d’un élément sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel n’est pas une fin en soi. L’État, les autorités et les communautés locales doivent travailler en permanence pour assurer la gestion, la transmission et la sauvegarde des éléments du patrimoine culturel immatériel présents sur leur territoire. En outre, l’État doit soumettre au Comité des rapports périodiques concernant à la fois la mise en œuvre de la Convention dans son pays et la situation des éléments inscrits sur la Liste représentative ainsi que sur la Liste de sauvegarde urgente. Il doit également tenir à jour l’inventaire du patrimoine culturel immatériel de son territoire.

Pour connaitre l’inventaire français du patrimoine culturel immatériel, rendez-vous sur http://bit.ly/1TtTbEi

Source : UNESCO

publié le 25/02/2016

haut de la page