L’éducation pour les réfugiés : débat avec Sakena Yakoobi, Lauréate du prix WISE 2015 et Daniel Janicot, Président de la CNFU

"Education et Réfugiés : Pourquoi est-il important d’ouvrir nos écoles et nos universités ?", telle est la thématique de la table ronde qui s’est tenue le 26 octobre 2016.

JPEG

Alors qu’un grand nombre de jeunes déplacés voient leur formation s’arrêter, faute de moyens et d’accès au système éducatif, l’enseignement supérieur commence à proposer des initiatives pour combler le déficit d’inclusion et préparer ces populations à l’avenir. Cet événement avait pour ambition de réunir différentes parties prenantes pour analyser et proposer des solutions effectives en matière d’éducation, dans les pays d’asile comme dans leur propre pays.

Organisée le 26 octobre 2016 par la revue L’étudiant, le programme WISE, et avec le patronage de la Commission nationale française pour l’UNESCO, cette table ronde de haut niveau a réuni diverses personnalités du monde éducatif français et international dont Monsieur Daniel Janicot, Président de la Commission nationale française pour l’UNESCO, Monsieur Jean- Michel Blanquer, Directeur Général de l’ESSEC, Madame Sakena Yakoobi, fondatrice du l’Afghan Institute for Learning (AIL) et lauréate en 2015 du prix WISE (World innovation summit for éducation).
Des représentants de la société civile et du secteur non gouvernemental ont également participé à la rencontre et ont partagé leurs bonnes pratiques en la matière.

Professeure d’université, directrice d’ONG et, aujourd’hui, personnalité mondialement reconnue pour sa défense vigoureuse du droit à l’apprentissage, Madame Sakena Yakoobi a proposé, en toute connaissance de cause, quelques éléments à prendre en compte dans le débat sur l’éducation en temps de crise, comme la formation au leadership et l’implication active de toutes les parties prenantes.
En 1995, alors même que son pays traversait l’une des phases les plus sombres de son histoire et que le régime taliban fermait les écoles pour filles, Sakena Yakoobi fonde l’Afghan Institute for Learning, qui permettait aux filles déscolarisées de suivre des cours à domicile. L’ONG s’est aujourd’hui diversifiée et met en place des services de santé, de conseil juridique et, bien sûr, divers programmes allant de la formation professionnelle à l’enseignement préscolaire. Plus de 12 millions de personnes ont ainsi été touchés en Afghanistan. Par son action remarquable, Sakena Yakoobi est un symbole de courage et d’ intégrité et un exemple à suivre dans de nombreux pays.

PNG

JPEG PNG JPEG PNG

publié le 08/11/2016

haut de la page