Bordeaux, Port de la Lune (2007)

Le centre historique de cette ville portuaire située dans le sud-ouest de la France représente un ensemble urbain et architectural exceptionnel, créé à l’époque des Lumières, dont les valeurs ont perduré jusqu’à la première moitié du XXe siècle. Paris exclu, c’est la ville française qui compte le plus de bâtiments protégés. Elle voit aussi reconnaître son rôle historique en tant que centre d’échanges d’influences sur plus de 2 000 ans, en particulier depuis le XIIe siècle du fait des liens avec la Grande-Bretagne et les Pays-Bas. Les plans urbains et les ensembles architecturaux à partir du début du XVIIIe siècle font de la ville un exemple exceptionnel des tendances classiques et néoclassiques et lui confèrent une unité et une cohérence urbaine et architecturale remarquables. Son urbanisme représente le succès des philosophes qui voulaient faire des villes un creuset d’humanisme, d’universalité et de culture.

Bordeaux, Port de la Lune
Bordeaux, Port de la Lune
Bordeaux, Port de la Lune
Bordeaux, Port de la Lune
Bordeaux, Port de la Lune
Bordeaux, Port de la Lune
Bordeaux, Port de la Lune
Bordeaux, Port de la Lune
Bordeaux, Port de la Lune
Bordeaux, Port de la Lune
Bordeaux, Port de la Lune
Bordeaux, Port de la Lune
Bordeaux, Port de la Lune
Bordeaux, Port de la Lune
Bordeaux, Port de la Lune

Valeur universelle exceptionnelle

Le Port de la Lune constitue un exemple exceptionnel d’échange d’influences sur plus de 2 000 ans, par son rôle de capitale d’une région vinicole de renommée mondiale, et par l’importance de son port dans le commerce régional et international. L’urbanisme et l’architecture de la ville sont le fruit d’extensions et de rénovations continues de l’époque romaine jusqu’au XXe siècle. Les plans urbains et les ensembles architecturaux à partir du début du XVIIIe siècle font de la ville un exemple exceptionnel des tendances classiques et néo-classiques et lui confèrent une unité et une cohérence urbaine et architecturale exceptionnelles.

Critère (ii) : Bordeaux, Port de la Lune constitue un témoignage exceptionnel d’un échange d’influences sur plus de 2 000 ans. Ces échanges ont apporté à cette ville cosmopolite, à l’époque des Lumières, une prospérité sans équivalent qui lui a offert une transformation urbaine et architecturale exceptionnelle, poursuivie au XIXe siècle et jusqu’à nos jours. Les différentes phases de la construction et du développement de la ville portuaire sont lisibles dans son plan urbain, tout particulièrement les grandes transformations réalisées à partir du début du XVIIIe siècle.

Critère (iv) : Bordeaux, Port de la Lune représente un ensemble urbain et architectural exceptionnel, créé à l’époque des Lumières, dont les valeurs ont perduré jusqu’à la première moitié du XXe siècle. Bordeaux est exceptionnelle au titre de son unité urbaine et architecturale classique et néo-classique, qui n’a connu aucune rupture stylistique pendant plus de deux siècles. Son urbanisme représente le succès des philosophes qui voulaient faire des villes un creuset d’humanisme, d’universalité et de culture.

Du fait de son port, Bordeaux, ville d’échanges et de commerce, a conservé ses fonctions originales depuis sa création. Son histoire est aisément lisible dans son plan urbain, depuis le castrum romain jusqu’au XXe siècle. La ville a conservé son authenticité pour ce qui est des bâtiments et espaces historiques créés au XVIIIe et au XIXe siècle.

La ville de Bordeaux comporte 347 bâtiments classés, visés dans la loi du 31 décembre 1913. La ville historique est protégée par le Plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV), adopté en 1988 et révisé en 1998 et 2002. Les structures de gestion pour la protection et la conservation du bien incluent les responsabilités communes des gouvernements nationaux, régionaux et locaux. Les interventions sur les monuments classés doivent avoir le feu vert du ministère de la Culture. Le plan de gestion est élaboré sur la base de quatre grandes orientations : préserver le caractère historique et patrimonial, permettre l’évolution contrôlée du centre historique, homogénéiser les règles d’urbanisme et contribuer à la stature internationale du Bordeaux métropolitain.

Description historique

On fait généralement remonter les origines de Bordeaux au IIIe siècle av. J.-C., à l’époque de la fondation de Lutèce. Son établissement sous le nom de Burdigala serait le fait des tribus celtes des Bituriges. Il reste relativement peu de vestiges archéologiques de la première période, mais on sait que l’on y importait de l’étain depuis la Grande-Bretagne dès l’âge du Bronze, au début du premier millénaire avant J.-C. Après avoir été occupée par les Romains en 56 av. J.-C., Burdigala se développa autour de son port, devenant une ville marchande, et conserva cette fonction pendant les siècles qui suivirent. Elle possédait aussi déjà une université dès 286 apr. J.-C.
Au début du Moyen Âge, le site de Bordeaux fut victime de plusieurs invasions, des Vandales, des Wisigoths et des Francs, par exemple. La ville fut conquise par les Carolingiens au VIIIe siècle. À cette époque apparaît aussi le nom de Seguin, premier comte carolingien de Bordeaux, nommé par le roi. En 848, la ville fut détruite par les Normands et la population massacrée.

À partir de 1154 et pendant les trois siècles qui suivirent, suite à l’union des possessions d’Aliénor (duché d’Aquitaine, comté de Poitiers) et de Henry Plantagenêt (duchés de Normandie, d’Anjou, du Maine et de la Touraine), Bordeaux fut rattachée à l’Angleterre. En 1214, les bourgeois de Bordeaux furent exonérés d’impôts sur leurs vins. Au XIIIe siècle, Bordeaux commença à développer ses premières institutions municipales, entraînant la fondation de la municipalité de Bordeaux en 1253.

Au XIVe siècle, Bordeaux était un important centre politique et la capitale d’un vaste territoire. Au XVe siècle, suite aux conflits entre la France et l’Angleterre, elle dut se défendre contre les Français mais fut finalement conquise en 1453 par l’armée française menée par le roi Charles VII. Dans les siècles qui suivirent, l’économie de la ville faiblit du fait de la perte de l’important marché anglais. Aux XVIe et XVIIe siècles, l’économie reprit des forces, mais les droits des citoyens furent progressivement amoindris sous la férule royale, ce qui suscita une certaine opposition.

Au XVIIIe siècle, Bordeaux était le siège de diverses institutions d’importance, parmi lesquelles le parlement, le gouvernement militaire, l’administration, l’université et d’autres, bien au-delà de ses réels besoins. La Chambre de commerce y fut établie en 1705, et l’Académie des sciences, des lettres et des beaux-arts en 1712, favorisant la reprise économique et le renouveau intellectuel. Durant la Révolution française et dans les décennies suivantes, Bordeaux suivit de près l’évolution politique des affaires.

À la fin du XIXe siècle, Bordeaux était devenue une métropole régionale. Pendant la Première Guerre mondiale, elle fut choisie pour être l’une des bases militaires françaises. Durant la Seconde Guerre mondiale, elle fut occupée par l’armée allemande de 1940 à 1944, mais ne subit pas de dégâts graves.

publié le 08/07/2014

haut de la page