Biographie Catherine Brechignac

PNG Catherine Brechignac
Physicienne, secrétaire perpétuelle de l’Académie des Sciences, ancienne présidente du Haut conseil des biotechnologies, ancienne présidente du CNRS

Ancienne élève de l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses et de la faculté des sciences d’Orsay de l’université de Paris de 1967 à 1971, où elle obtient une maîtrise en physique (1969) et un diplôme d’études approfondies en physique quantique (1970), Catherine Bréchignac est nommée professeur agrégé de physique en 1971, détachée de 1971 à 1984 au Centre national de la recherche scientifique au sein du laboratoire Aimé-Cotton à Orsay, tout d’abord comme attachée de recherche, puis, l’année suivant l’obtention de son doctorat d’État ès sciences physiques à l’université Paris-XI (1977), comme chargée de recherche. Elle est nommée directrice de recherche en 1985.

En 1989, elle prend la direction du laboratoire Aimé-Cotton. Elle est ensuite (1995-1997) directrice scientifique du département des sciences physiques et mathématiques du CNRS, puis directrice générale de l’organisme de 1997 à 2000, dont elle défend activement l’indépendance. Parallèlement à la reprise de ses recherches, elle est nommée présidente de l’Institut d’optique théorique et appliquée en 2003 et du conseil d’administration du Palais de la découverte en 2004. En 2005, elle est élue présidente du Conseil international des unions scientifiques, avant d’être nommée présidente du CNRS lors du Conseil des ministres du 11 janvier 2006, sur proposition du ministre délégué à l’enseignement supérieur et à la recherche François Goulard, poste qu’elle occupera jusqu’en janvier 2010. Ambassadrice déléguée à la science, la technologie et l’innovation, elle a également été nommée présidente du Haut Conseil des biotechnologies le 30 avril 2009, fonction qu’elle quitte le 31 décembre 2010 après avoir été élue par ses pairs le 22 juin 2010 Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences.

Catherine Bréchignac est également membre du conseil scientifique de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) et du conseil d’orientation de la fondation Écologie d’Avenir.

publié le 04/08/2015

haut de la page